Recettes  

Ricardo Superstar

Un magazine qui tire à 100 000 exemplaires, des émission de télé dans 17 pays et maintenant des dizaines d'accessoires de cuisine...Une fois qu'il est lancé, rien de peut arrêter Ricardo Larrivée. Portrait du cuisiner-entrepreneur dont l'entreprise a aujourd'hui des allures de petit empire. La Presse, cahier Gourmand, par Ève Dumas, samedi 9 avril 2011

La Presse, cahier Gourmand, par Ève Dumas, samedi 9 avril 2011

          

Il y a deux ans, Ricardo Larrivée s'est trouvé devant un dilemme: demeureurer une entreprise artisanale et familiale ou voir plus grand? Le couple qu'il forme avec Brigitte Coutu a finalement mis le cap sur la croissance. Lentement mais sûrement, ce petit empire médiatique en devenir est en train de conquérir le monde culinaire. Entrevue mise à jour avec le chef et animateur-vedette.

Ce n'est pas parce qu'on brasse des grosses affaires qu'on perd contact avec le «concret». À preuve, il y a quelques semaines, l'animateur-vedette se pointait à l'entrevue - tenue dans un bistro chic où, inévitablement, tout le monde l'avait reconnu - avec un grand sac rempli d'accessoires de cuisine. À la fin du repas, il n'a pas hésité, tel un vendeur de Tupperware, à étaler poêle, mortier, couteaux et planche à découper sur la table et à expliquer les multiples fonctions de chaque objet de la nouvelle gamme Ricardo.

La collection de 40 accessoires au design aussi léché qu'efficace est en vente dans les cuisineries du Canada (plus de 1000 points de vente) depuis deux semaines. Son idéateur en est bien fier. Il a fallu deux ans de recherche et développement, de design, de fabrication et de tests avant qu'elle ne voit le jour. Ricardo et compagnie ont confié la distribution et la supervision de la fabrication à une entreprise de Longueuil, Promotions Atlantiques (Starfrit et T-Fal). Les produits sortent de l'usine (chinoise) qui frabrique à peu près tout ce qui se vend sur le marché des accessoires de cuisine.

Contrairement aux Jamie Oliver et Nigella Lawson, qui ont vendu des licences permettant à des entreprises d'utiliser leur nom sur leurs produits, Ricardo a voulu créer ses propres produits, dessinés et fabriqués selon ses besoins et sa vision d'une cuisine simple, accessible, pratico-pratique.

Du plaisir avant tout

S'il a choisi la voie de l'expansion, le papa de trois filles ne veut pas que ce soit au détriment du plaisir qu'il a au travail...et à la maison. «Je veux que tout le monde ait une qualité de vie, qu'à 16h30, les portes des bureaux de Ricardo Média soient barrées. J'aimerais que l'entreprise soit juste assez grosse pour rentabiliser le nombre d'employés qu'il nous faut pour avoir du fun. Je travaille fort, mais je ne travaille pas 18 heures par jour.»

Pour l'instant, Ricardo Média est constitué d'une équipe d'environ 30 employés à temps plein et autant d'employés à temps partiel.

«Aujourd'hui, on peut dire que j'occupe le poste de chef exécutif de ma cuisine. Je sais ce qui me plaït: créer des recettes et inventer des concepts nouveaux. Je suis le leader positif, l'idéateur. Les 27 femmes et trois hommes qui travaillent pour Ricardo Média sont des personnes de grand talent, avec des idées fraîches, qui nous évitent de nous répéter. Ils ont l'humilité de faire une cuisine selon ma vision et mes goûts.»

Cette vision, elle est la même depuis les tout débuts. Les années n'ont fait que raffermir la conviction de Ricardo de l'intérêt de préparer une cuisine familiale du quotidien, saine et savoureuse.

«Les recettes doivent être réalisables en moins de 45 minutes, ne pas comporter plus de 7 ou 8 ingrédients, dont 3 ingrédients extra-supermarché. Parfois je propose une nouvelle coupe de viande ou un poisson moins connu, question de faire découvrir des choses, quand même. Mais le tout doit rester accessibles et abordable. Nous sommes gagnants, socialement, en nous faisant à manger. Les familles sont plus saines et les couples plus heureux!»

 

Ricardo en anglais

Ce qui a tout changé pour la jeune entreprise de communications, c'est Ricardo & Friends. Diffusée depuis trois ans sur les ondes de Food Network Canada, l'émission a ouverte toute grande les portes du marché anglophone. Elle est aujourd'hui vendue dans 17 pays, dont l'Inde, la Nouvelle-Zélande et la Russie.

«Lorsque je suis arrivé à Food Network, la première chose que j'ai dite était: réalisez-vous que c'est la première fois qu'un Québécois foule ce tapis? Shame on you!» Depyusm Chuck Hugues, Martin Picard et Hugue Dufour ont fait leur entrée dans la programmation de la chaîne canadienne.

Forte de ce succès, Ricardo Média vient d'annoncer la diffusion en 2012 d'une nouvelle émission à Radio-Canada: Le fermer urbain. Chaque semaine, ce magazine suivra des familles qui cultivent fruits et légumes sur leurs balcons ou dans leurs cours, une pratique de plus en plus populaire. Fidèle à lui-même, Ricardo y présentera aussi des recettes concoctées avec les produits fraîchement cueillis dans les jardins urbains.

La prochaine étape? Franchiser le magazine Ricardo, comme l'ont fait Elle et Vogue, par exemple. «Ce serait trop d'ouvrage pour nous de gérer nous-mêmes les versions internationales de la publication.» Cette dernière et l'émission du même nom fêtent d'ailleurs cette année leur 10e anniversaire.

Mais avant de se lancer dans un tout nouveau projet, Ricardo et sa femme Brigitte (également présidente de l'entreprise) se demandent toujours si celui-ci améliorera leur qualité de vie et celles des gens en général. «Je ne veux jamais grossir par orgueil», déclare le communicateur.

Du reste, Ricardo Média ne produit pas uniquement les émissions et le magazine qui portent le nom du célèbre chef animateur. Les desserts de Patrice et quelques magazines de l'industrie alimentaire sont également réalisés par l'équipe et mise sur pied par le «super couple».

Qui sait, peut-être que d'ici une dizaine d'année, la présence de Ricardo dimunuera au point où l'entreprise pourra carrément vivre sans lui.

«J'aimerais que Ricacrdo devienne une marque, indépendamment de moi. On a fait un test avec le dernier numéro du magazine. Je ne suis pas photographié sur la couverture. On l'avait essayé une fois auparavant et les lecteurs s'étaient plaints. Lorsque Jamie Oliver s'est retiré de la couverture de son magazine, les ventes ont chuté dramatiquement», raconte celui qui peut se targuer de vendre plus d'exemplaires que la superstar britannique (tirage d'environ 100 000 par numéro, 8 fois par année, contre 55 000 pour la publication bimestrielle de Jamie).

Le fantasme de celui qui a déjà affirmé vouloir être la Céline Dion de la cuisine québécoise? Pouvoir aller aussi loin qu'il l'imaginait alors qu'il était encore un garçon rêveur de cinquième secondaire. «Je voulais faire de la télévision et être propriétaire d'une chaîne d'hôtels!» S'il pouvait être le premier Québécois à la tête d'une émission et d'un magazine culinaires vendus partout dans le monde, tout en améliorant le contenu de l'assiettte du Québécois moyen. cela ferait amplement son bonheur.

 

Ricardo en chiffres

Tirage de Ricardo: 100 000 exemplaires par publication, huit fois par année

30 employés à Ricardo Média et autant de pigistes

Plus de 3000 recettes depuis le début de l'émission et du magazine Ricardo

5 millions de pages vues par mois sur le site ricardocuisine.com

1170 émissions de Ricardo à Radio-Canada

40 accessoires de cuisine dans la collection Ricardo

L'émission Ricardo and Friends vendue dans 17 pays

Évaluer cet article

Connectez-vous pour évaluer cet article et pour écrire vos commentaires!

Connexion

Vous n'êtes pas membre de ricardocuisine.com? Inscrivez-vous dès aujourd'hui

En raison d’un nombre important de questions, nous ne pouvons malheureusement répondre à tous. Visitez notre Foire aux questions qui regorge d’informations utiles. Merci de votre enthousiasme pour la cuisine de RICARDO!

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Votre commentaire doit se conformer à notre nétiquette.

512 caractères maximum