Recettes  

Manger en solo (oui, ça peut être cool!)

Manger en solo (oui, ça peut être cool!)

À un moment de notre vie, pour une raison ou pour une autre, il arrive que nous nous retrouvions à cuisiner et à manger seul. Heureusement, il existe une tonne de trucs pour s’éclater aux fourneaux. On les partage afin de vous donner envie de manger avec la personne qui vous est la plus chère : vous-même.

Au Québec, 30 % des gens habitent seuls. Et il n’y a pas que les célibataires et les personnes âgées qui mangent parfois en solo; c’est souvent le cas de ceux qui ont un conjoint parti à l’extérieur pour le travail, des parents qui ont leur enfant une semaine sur deux ou encore des colocataires qui ont des horaires complètement différents. Bref, beaucoup plus de gens que l’on pense, et chacun a son petit truc pour rendre l’utile plus agréable.

01. Se mettre dans l'ambiance

Contente

La première étape quand on cuisine en solo, c’est de trouver la volonté de s’activer derrière les fourneaux. Souvent, un bon verre de vin et une liste de musique entraînante sont le coup de pouce nécessaire pour y arriver. D’ailleurs, l’application gratuite pour téléphone intelligent Songza regorge de listes de musique conçues spécialement pour cuisiner, et on peut même les choisir en fonction de ce que l’on compte préparer : brunch jazzé, opéra pour pasta jusqu’à la trame sonore du souper arrosé au chardonnay.

«Je participe à une cuisine collective. Ça m’a redonné le goût de cuisiner et de m’alimenter correctement, en plus de rompre avec ma solitude.»
— Diane Pelletier

02. Cuisiner une portion (ou deux)

Bien souvent, les recettes sont conçues pour 4 à 6 portions. Le défi est parfois grand lorsque vient le temps de les simplifier pour une portion. (C’est pourquoi, dans ce dossier, on a pensé à des recettes pour deux portions, qui en donnent juste assez pour le lunch du lendemain.)

Ai-je besoin de diviser mon œuf en quatre ? À quoi ressemble un quart de quart de cuillère à thé de paprika ? Le résultat serait-il meilleur si je cuisinais la recette pour quatre ? Ce ne sont que quelques-unes des questions que l’on se pose lorsque vient le temps de cuisiner. Pour s’y retrouver, voici quelques règles de base :

Pour la viande, les féculents et les légumes : Dans la majorité des cas, on peut diviser la quantité par quatre afin de cuisiner une seule portion.

Pour les œufs : Si la recette pour 4 portions demande un œuf, il suffit de le battre à la fourchette et d’utiliser une cuillère à soupe pour en avoir une seule.

Pour les herbes et les épices : Mieux vaut parfois y aller au goût. Si l’on réduit trop la quantité, notre plat risque de ne pas être assez relevé.

Une autre question qu’on se pose souvent concerne la taille des plats de cuisson. Notre conseil : diversifiez et adaptez vos outils. On a tendance à l’oublier, mais il existe sur le marché des plats de petite taille, comme des mini-moules à pain ou à cake, de petites poêles à frire ou encore de petites cocottes. Si l’on n’a pas un petit plat sous la main, de manière générale, on en choisit un dans lequel notre recette a la même épaisseur que celle de la recette lorsqu’elle n’est pas divisée. Par exemple, si on cuisine une frittata, on s’assure que le mélange ait, dans notre plat, la même épaisseur que dans la recette pour quatre. Si le mélange est trop mince, celle-ci risque de brûler.

Quant au temps de cuisson, habituellement, on doit le réduire. Pour les viandes et le poisson, c’est facile, puisqu’il est calculé en fonction du poids et de l’épaisseur de la pièce. Pour le reste, on s’arme d’un cure-dent et d’un couteau, puis on reste aux aguets la première fois que l’on essaie la recette pour une personne. Quand ça commence à sentir, c'est signe que c'est bientôt prêt!

«J’adore la cuisine italienne, car elle est très savoureuse, demande peu d’ingrédients et est parfaite pour les petites quantités. En fait, j’aime bien manger seul, c’est une forme de méditation, je trouve.»
— Pierre Alain Faubert

Idée recette : 1 chou-fleur + 1 barquette d'épinards + 1 poulet = 3 recettes

Escalope de poulet et chou-0fleur

Quand on cuisine pour soi, il y a plusieurs aliments qu’on se prive d’acheter pour ne pas gaspiller. C’est le cas du chou-fleur, des épinards en sac ou du poulet (entier ou en morceaux) par exemple. Pour vous montrer à quel point on peut réinventer un repas à partir des mêmes ingrédients, notre équipe cuisine a pris ces trois aliments et les a réinterprétés dans trois recettes différentes. Résultat ? On constate qu’avec un peu de créativité et de débrouille, on obtient des plats savoureux, dont les goûts sont aux antipodes les uns des autres : une escalope de poulet, une piadina et une lasagne.

«Quand ma fille n’est pas là, j’essaie de varier les plaisirs. À l’épicerie, j’en profite pour découvrir des produits avec lesquels je n’ai jamais cuisiné et qui m’inspirent de nouvelles recettes. J’avoue qu’elles ne sont pas toujours réussies, mais j’ai confiance d’y arriver un jour !»
— sophie bordes

03. Briser la routine

Content

Qui a dit qu’on devait manger la même chose quatre jours de suite parce qu’on vit seul ? Pas nous ! Pour briser la routine, il suffit de suivre les conseils ci-dessous :

Cuisiner maintenant, assaisonner plus tardSi l’on cuisine en grande quantité, on peut, par exemple, préparer une recette de poulet et de légumes grillés sans y ajouter trop d’aromates. Au fil de la semaine, on peut assaisonner la viande comme bon nous semble : avec du gingembre et de la citronnelle pour une touche asiatique le dimanche, à l’italienne avec de l’ail, des olives noires et des herbes fraîches le mardi ou encore avec un mélange de curry, de petits pois et de lait de coco pour un style indien le mercredi.

Voir les choses autrementC’est ce qu’il faut pour métamorphoser un souper en super lunch du lendemain. Exit la monotonie. Par exemple, si l’on a préparé un filet de porc la veille, servi avec des pommes de terre grelots et des asperges rôties, on le transforme en sauté asiatique ou encore en sandwich agrémenté de pommes tranchées et de fromage cheddar fort. De cette façon, on cuisine une seule fois pour deux ou trois repas, sans que ceux-ci goûtent la même chose. Et si l’on n’a pas le temps ? On les transforme en utilisant nos condiments préférés, comme la moutarde de Dijon, et on n’hésite pas à les aromatiser avec des herbes fraîches, un peu de miel ou des épices. Même chose avec la mayonnaise maison, le beurre et le yogourt nature. Parfois, ça peut tout changer.

rassembler ce qu’on aimeOn se prépare un superbe plateau d’antipasti. On réunit nos aliments préférés sur une planche de bois, comme on le voit souvent au restaurant. Qui a dit que manger un petit bol de fromage frais, quelques tranches de saumon fumé, des craquelins, des crudités et une trempette toute simple n’était pas un repas complet ? Pourtant, tout y est, c’est vite fait et cela ne requiert aucune cuisson.

« Quand je cuisine pour moi, je me tourne vers les valeurs sûres de mon enfance, comme le comfort food. C’est nourrissant, simple à préparer… et souvent très copieux ! Un repas comme celui-là sera toujours à mon goût.» — Hayden Whiting

04. Se recevoir à souper

Escalope de poulet et chou-0fleur

Au moment du repas, manger en solo, c’est une occasion en or de faire un tête-à-tête avec soi-même. Et le plaisir des sens doit demeurer au centre de la table. Pourquoi ne pas aller dans un magasin d’accessoires et choisir notre assiette préférée ? Après tout, c’est nettement plus agréable de manger dans une belle ambiance.

Une fois qu’on est assis à la table, il y a toutes sortes de solutions pour mettre de la vie dans la pièce. L’heure du repas est une excellente occasion de découvrir une série télé ou d’écouter la radio. Dans ce rayon, Radio-Canada propose du lundi au jeudi à l’heure du repas Bien dans son assiette, une émission d’actualité sur l’alimentation (entre 19 et 20 h) disponible aussi en baladodiffusion. On peut s’instruire en regardant les conférences de renommée internationale TED Talks (en anglais), d’une vingtaine de minutes, dont plusieurs touchent le sujet de la cuisine. On peut s’éduquer avec l’application gratuite The Future of Food du magazine National Geographic. En plus de faits et statistiques fascinants, on y présente une série de vidéos sur plusieurs facettes de l’alimentation.

Idée recette : Réconfort en format individuel

Mijoté de porc aux patates jaunes

Rien n’est plus réconfortant que le bon mijoté aux patates jaunes de grand-maman. On a pris le pari de réduire cette recette qui a de quoi satisfaire une grosse famille pour en faire un format parfait pour deux portions. Une réussite, qu’on voudra cuisiner par un beau samedi froid.

« Manger en solo, je vois ça comme une belle occasion pour tester de nouvelles recettes. Je suis un peu mon propre cobaye. Si je trouve ça bon, il y a de bonnes chances que mes amis et ma famille aiment ce que je leur servirai lors d’un prochain souper. Mes desserts font toujours fureur, je le sais, je les ai testés souvent. Très, très souvent. » — Cindy Barriault

05. Bien planifier pour se simplifier la vie

Lorsqu’on mange seul, il y a deux façons de préparer ses repas. La première, c’est de cuisiner des recettes en grande quantité et de congeler des portions pour plus tard. C’est l’occasion de préparer des plats qui prennent plus de temps à cuire ou à préparer, comme des braisés.

La congélation est une excellente façon d’éviter de gaspiller des aliments achetés en plus grosse portion, parce qu’ils sont en promotion ou en pleine saison. En effet, bien qu’il soit facile de congeler nos meilleures recettes de lasagne, de potage et de casserole en portion individuelle, certains ingrédients se congèlent tout aussi bien : le fromage râpé, les fruits, les légumes. (Pour savoir quels aliments se congèlent et comment les congeler, rendez-vous au ricardocuisine.com/congelation).

D’un autre côté, on ne peut pas congeler tout ce qu’on cuisine : notre congélateur a ses limites. L’autre solution, c’est d’y aller au jour le jour. Dans ce cas-là, on suit nos goûts et nos envies. À l’épicerie, on se laisse guider par nos sens et on se fait plaisir en achetant des ingrédients que l’on aime. On surveille aussi les produits qui se vendent en portion individuelle, comme les poitrines de poulet. Mais, attention ! Les aliments vendus en portion individuelle et considérés comme prêts pour consommation immédiate (un yogourt à boire ou en format de 175 g ou un petit contenant d’hummus et craquelins en format « sur le pouce », par exemple) sont taxables.

Même si les aubaines de la semaine chez l’épicier peuvent sembler alléchantes lorsqu’on achète une demi-douzaine de citrons ou un trio de laitue, il est souvent plus payant d’acheter en plus petite quantité, car cela évite de gaspiller. Sinon, l’option de partager nos achats de format familial avec un ami est aussi une bonne idée pour économiser sans rien perdre.

Mon frère et moi on est partis de la maison à 17 ans. Vu que les soupers de famille étaient un moment privilégié, on a continué à souper ensemble, malgré la distance qui nous séparait, grâce à ­Skype ! Souvent, s’il mangeait une fondue, j’en mangeais aussi.»— Maude Pressault

Idée recette : Solo pour une soupe vide-frigo

Velouté de courgettes

La plupart des recettes de soupes demandent tellement de bouillon qu’elles pourraient rassasier un régiment. Ce velouté, conçu pour une personne seule, a quant à lui été conçu pour donner un bon restant. On en fait une soupe-repas en ajoutant un œuf mollet à la soupe avant de la passer au mélangeur. On peut aussi remplacer la courgette par un autre légume qui poireaute dans le bac.

«Je me fais des bouchées style tapas ou à la thaïe, comme des petites brochettes avec du poulet, du bœuf ou des crevettes. J’achète mes légumes au poids (1 courgette, 2 carottes, 1 poivron....), plutôt qu’en sac ou en barquette. J’ai aussi des contenants en plastique pour conserver les demi-légumes (tomate, citron, oignon) au réfrigérateur.»— Simon Lachapelle

06. Trouver de la compagnie

Cindy

Qu’on se le dise, il est toujours plus motivant de cuisiner pour les autres ou avec les autres. Pour briser la routine, pourquoi ne pas organiser une journée popote entre amis ? On cuisine quelques recettes en grande quantité et on partage les portions par la suite. C’est le temps parfait pour faire de la sauce à spaghetti, un bon potage, des muffins maison, du pâté chinois ou encore des gâteaux. Dans ce cas-ci, les achats en gros sont payants. On sépare le coût des achats entre amis et, par le fait même, on ne risque pas de gaspiller les aliments. En plus, c’est le moment idéal pour découvrir de nouvelles recettes à ajouter à nos classiques.

Si l’on est de ceux qui aiment cuisiner pour les autres, on peut toujours inviter des amis à la maison plus souvent. C’est habituellement bien moins coûteux que d’aller au restaurant et c’est aussi l’occasion de leur faire découvrir nos meilleures recettes. Et rien ne nous empêche de leur faire mettre la main à la pâte, afin de rendre la soirée des plus conviviales.

«Quand je n’ai pas envie de cuisiner, j’achète un de mes aliments préférés, comme une belle tomate ou de la mozzarella di bufala. Ensuite, je construis mon assiette autour de ça.»— Catherine Perreault-Lessard

Idée recette : Un pouding aux fruits unique

Gâteau pouding aux framboises dans une tasse

En voyant tout le succès qu’a remporté auprès des adultes notre recette de moelleux au chocolat dans une tasse pensée pour le P’tit Ricardo, on a vite vu que les grands aussi raffolent de ces desserts à portion unique. Ce pouding aux fruits pour une personne ajoute une nouvelle option rafraîchissante aux desserts-minute.

«Quand je devais cuisiner en solo, je m’organisais avec une collègue de travail pour qu’on se fasse des lunchs à tour de rôle. Donc, un soir sur deux, je cuisinais quand même pour deux en pensant à nos lunchs du lendemain.» — Mylène Martineau

On l'essaie - Sortir seul au resto

Gâteau pouding aux framboises dans une tasse

L’idée d’aller manger au restaurant en solo est souvent plus envisageable lorsque l’on est en voyage et que l’on en profite pour regarder les gens qui passent et remplir notre journal de bord. Mais, aller au resto seul est loin d’être un scénario aussi éprouvant qu’on le croit. D’ailleurs, il est souvent plus facile d’avoir une place dans un endroit branché quand on est seul que lorsqu’on arrive à l’improviste en groupe de quatre personnes et plus. Une fois sur place, on s’assoit au bar, si possible, et on en profite pour discuter avec le barman ou les autres personnes seules assises près de nous. Qui sait ? On fera peut-être de belles rencontres…

Commentaire

  1. pour les personnes de 65 ans et plus et qui sont à la retraite, et qui doivent bien se nourrir.

Évaluer cet article

Connectez-vous pour évaluer cet article et pour écrire vos commentaires!

Connexion

Vous n'êtes pas membre de ricardocuisine.com? Inscrivez-vous dès aujourd'hui

En raison d’un nombre important de questions, nous ne pouvons malheureusement répondre à tous. Visitez notre Foire aux questions qui regorge d’informations utiles. Merci de votre enthousiasme pour la cuisine de RICARDO!

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Votre commentaire doit se conformer à notre nétiquette.

512 caractères maximum